Rabah Ouferhat

Artiste / groupe : Rabah Ouferhat
Genre : kabyle
Vrai nom : Rabah FERHAT
Naissance le : 11/03/1952

Biographie de : Rabah Ouferhat


Rabah Ouferhat, de son vrai nom Ferhat Rabah, est un chanteur kabyle avec une carri√®re artistique en premier plan de 42 ann√©es, une vingtaine d'albums avec diff√©rentes √©ditions, membre de la SACEM et de LONDA. Il est n√© le 12 03 1952, √† Azouza ( iɛzouzen) Da√Įra de Larbaa Nat Iraten, mari√©, p√®re de trois enfants, Sonia, Achour et Takfarinas, plusieurs fois grand p√®re.

Il a d√©but√© ses √©tudes primaires √† l'√©cole d'Azouza, les √©tudes moyennes √† CEG Larbaa nat iraten et les √©tudes secondaires au Lyc√©e Chafai Ahmed √† Bordj Mena√Įel, jusqu au Bac lettres fran√ßaises en 1974.

Les chants patriotiques √©taient un d√©clic pour faire d√©marrer sa carri√®re artistique qui d√©buta dans les scouts(scoutisme) au d√©but des ann√©es 60, jusqu en 1967, o√Ļ il rejoint la JFLN de Larbaa Nat Iraten, qui √©tait une structure bien √©quip√©e de beaucoup d'instruments de musique et o√Ļ il a rencontr√© une p√©pini√®re de jeunes musiciens comme, Izri Belkacem √† l'accordeon, Salah Lounis et Hamid Tchomb√© √† la percussion, Djaffar Fernane √† la guitare... et o√Ļ il a fait la rencontre avec Ouar Omar(Dalil Omar) et Dda Lhocine Ouar, responsable de la JFLN. Dda Rabah tient souvent √† rendre hommage √† tous ces gens l√†, qui √©taient ses compagnons et qui ont beaucoup pes√© dans ses d√©buts de carri√®re.

De 1967 à 1971, en parallèle à ses études moyennes au collège de Larbaa Nat Iraten, il commence à embrasser un début de carrière artistique, avec des soirées événements, des commémorations, des fêtes mariages, des rencontres entre amis... et il s'essayait à plusieurs instruments guitare, le banjo, surtout l'harmonica qui a marqué ses débuts.
En 1971, il a gagn√© sa place pour les √©tudes secondaires au Lyc√©e de Bordj Mena√Įel, jusqu en 1974 o√Ļ il a pass√© son bac lettres fran√ßaises au Lyc√©e Ibn Khaldoun √† Alger.

Et c‚Äôest en 1971/72, alors lyc√©en, qu'il a compos√© son premier tube ¬ę¬†Tala iluɣen¬†¬Ľ qui l'a accompagn√© en 1972 dans l'√©mission ¬ę¬†Icenayen uzekka¬†¬Ľ present√©e par Cherif Kheddam, Med Ben hanafi et Medjahed Mohamed (at n irḥam Ṛebbi) et sans surprise son passage √©tait un succ√®s.
Le succ√®s √©tait tel, que le public cherchait le disque sur le march√© et Med Ben Hanafi, le pr√©senta aux √©ditions ATLAS, l'une des plus grandes maison de productions de l √©poque, pour enregistrer son premier 45 tours¬†¬ę¬†Face A - Tala iluɣen , Face B ‚Äď Dreɣlaɣ ɛeẓgaɣ¬†¬Ľ

√Čtant toujours Lyc√©en, les 45 tours se succ√©daient¬†: uriɣ issem-im, a zewǧen warrac, iɣaḍi mi-m d-aleqaq, lbaz a yettru... que des tubes, suivi d'un 33 tours jusqu'√† la venue de la k7, fin des ann√©es 70.

En 1975, sa carri√®re a connu un bouleversement suite √† la mort tragique de son p√®re, at irḥam Ṛebbi, dans un accident de voiture, √† l age de 47 ans dans un accident de voiture, alors que Rabah n'avait que 23 ans et l'ain√© de la famille.

Plusieurs événements ont marqué l'artiste et sa carrière dans les années 70 :
- Sa rencontre avec Matoub Lounes, au Lyc√©e de Bordj Mena√Įel o√Ļ ils √©taient tous les deux internes, qui marque le d√©but d'une amiti√© sans faille jusqu'√† la mort de Matoub.

- En 1975, sa carri√®re a connu un bouleversement suite √† la mort tragique de son p√®re, at irḥam Ṛebbi, dans un accident de voiture, √† l age de 47 ans dans un accident de voiture, alors que Rabah n'avait que 23 ans et l‚Äôa√ģn√© de la famille.

- Le jour de son mariage, le 2 juin 1977, o√Ļ il a chant√© une chanson surprise : D kem ini iguran deg unyir-iw (slass iwaddu), une f√™te qui a dur√© jusqu √† l'aube.

La fin des années 70, il a connu aussi, la tentative de l'immigration temporaire, mais sans résultats, il ne se sens bien nulle part ailleurs que chez lui.

Arrive 80, la révolution culturelle Amazigh, l'ère de la K7 et de la chanson engagée, il continuait à produire et à se produire et à militer pour notre bonne cause et dans le sociale aussi, pour les associations caritatives et des associations des handicapés ...

Les ann√©es 90, le multipartisme, la libert√© d'expression nous ont apport√© la d√©cennie noire, avec son lot de victimes, de Mammeri √† Matoub, mais il est rest√© dans son pays, il sillonnait la Kabylie, avec l'unique arme sa guitare, face √† cette horde d'assassins d'un autre age. Et avec l'assassinat de Matoub lounes c'est l'h√©catombe, il a m√™me arr√™t√© son enregistrement pendant deux ans, et ce n est qu'en,2000, qu'il a repris son b√Ęton de p√®lerin.

L'apocalypse, nous enfonce dans un autre engrenage, le printemps noir (tafsut taberkant) ou ils ont plongé la Kabylie dans le feu et dans le sang et dda Rabah a pris l'engagement de défendre sa Kabylie.

Et depuis il a repris avec sa carrière artistique, pour promouvoir la chanson Kabyle et la promotion de notre culture, en parallèle avec notre combat identitaire noble et juste, il continue à produire et à se produire, il a également organisé sa vie de famille, car pour dda Rabah, la famille c'est sacré.

Aujourd’hui, il est président du syndicat des artistes de la wilaya de Tizi-Ouzou, depuis quelques années déjà, ils avaient arraché l'instauration du statuts de l'Artiste en Algérie, à savoir, la retraite et la sécurité sociale, c'est un pari que la famille artistique Algérienne a gagné.

Ces derni√®res ann√©es, il a fait des tourn√©es nationales et internationales, la t√©l√©vision, des galas de solidarit√© et il continue d'exister gr√Ęce √† ce merveilleux public avec lequel il partage une v√©ritable histoire d'amour.

En ce moment (Septembre 2014), il est au studio pour un nouvel album.

Récit : Rabah FERHAT